Serious games : les enseignants se piquent au jeu

Les serious games envahissent le secteur de l’éducation. Pour permettre aux enseignants d’intégrer cette nouvelle pratique pédagogique dans leurs cours, des offres de formation voient le jour. Mooc ou diplôme universitaire, zoom sur deux de ces initiatives, à l’occasion de la conférence EducPros du 27 avril 2017

Comment enseigner avec les serious games [jeux sérieux] ? La réponse à cette question fera l’objet d’un Mooc, proposé sur la plateforme FUN (France université numérique) à partir du 10 mai 2017. À deux semaines du début des cours, 4.000 personnes se sont déjà inscrites pour suivre cette formation, portée par l’université de Montpellier et sa faculté d’éducation.

« Pour un sujet de niche, c’est un très bon chiffre, se réjouit Damien Djaouti, enseignant-chercheur en informatique à l’université héraultaise et coordinateur du projet. Cela nous met même une certaine pression, nous qui sommes habitués à faire cours devant des amphis de 200 étudiants… ! »

Le cours, qui s’étalera sur sept semaines, décryptera le concept du jeu sérieux, son histoire, ses avantages et ses inconvénients. Mais il donnera aussi et surtout aux apprenants des pistes pour intégrer les jeux dans les classes et trouver les supports ludiques adaptés à leurs besoins.

« Pour certains, le jeu est l’exercice d’application d’un cours, constate Damien Djaoudi. À l’inverse, d’autres l’utilisent comme outil de découverte pour, ensuite, construire des connaissances et des compétences. Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas une seule bonne manière d’utiliser le jeu. »

« Sur le terrain, nous observons que de plus en plus d’enseignants – de la maternelle à l’enseignement supérieur – souhaitent faire usage ou font déjà usage du jeu en classe, souligne Julian Alvarez, professeur associé à l’université de Valenciennes et chercheur sur les jeux sérieux. Ils ont des demandes très concrètes : quel jeu utiliser ? Comment s’emparer des jeux vidéo classiques pour en faire un outil pédagogique ?

Une vidéo sur le MOOC ICI

 

 

Comments