Pour entraîner les chômeurs, Pôle emploi propose des entretiens d’embauche virtuels

Pôle emploi a développé des outils numériques comme des « serious games » pour aider les chômeurs à retrouver du travail.

Muni d’un casque de réalité virtuelle, vous plongez dans une autre dimension. Vous déclinez votre identité, votre niveau d’études puis choisissez votre avatar. Homme, femme, cheveux roux ou blonds… ce personnage va vous représenter à l’écran durant votre entretien virtuel. Voilà « Mon entretien d’embauche », l’un des nouveaux services numériques présentés lundi que va proposer Pôle emploi à tous d’ici la fin de l’année via une application téléchargeable gratuitement sur mobile.

« L’idée est de permettre au demandeur d’emploi de se préparer activement à l’épreuve du jour J, explique Eglantyne Hector, chef de projet à Pôle emploi. Savoir quelles questions poser. Se renseigner sur l’entreprise qui recrute. Ne pas arriver en retard à l’entretien », précise-t-elle.

Pour l’heure, l’application est proposée pour postuler à des postes de comptable, de manutentionnaire, de chauffeur-livreur, de commercial et d’assistant de direction. En test depuis un an, elle a déjà attiré 80 000 utilisateurs, et les différents scénarios ont été élaborés en collaboration avec la start-up Manzalab sur le modèle des « serious games » (« jeux sérieux ») à vocation pédagogique.

Selon Pôle emploi, 88 % des demandeurs d’emploi se servent aujourd’hui d’Internet pour trouver du travail. Raison pour laquelle il tente d’innover. Parmi les nouveaux services digitaux, les exercices de réalité virtuelle sont très représentés. Un autre « serious game » permet de découvrir le métier d’employé polyvalent dans la grande distribution. Testé dans les agences de Compiègne (Oise) et Orléans (Loiret), il propose au chômeur, immergé avec son casque vissé sur la tête dans une allée de supermarché, d’apprendre certains gestes professionnels comme repérer dans les rayons des boîtes de yaourts périmés pour ensuite les envoyer au rebut. « Quand il se retrouve face au recruteur, il connaît déjà le métier et ça peut faire la différence », souligne Florian Truffier, l’un des deux salariés de Pôle emploi à l’origine du service.

Autre nouveauté : le service Anotéa qui propose, sur le modèle d’Airbnb ou Tripadvisor, de noter et commenter sa formation. « L’outil permet ainsi de rompre l’isolement face au maquis de la formation et, par ricochet, permet de rendre le système plus transparent. A terme, cela peut aussi améliorer la qualité des formations proposées », estime Christophe Bonvoisin, qui a eu l’idée du projet à Pôle emploi.

Comments