Les jeux peuvent faire de vous un meilleur stratège

Nous vous proposons une traduction intégrale d’un excellent article édité par la Harward Business School et écrit par Martin Reeves et Georg Wittenburg.

L’article original peut être trouvé ICI.

<< Le jeu a depuis longtemps envahi le langage des affaires : nous parlons de pure players, de mouvements, de jeu à long terme, de “play books” et tant d’expressions notamment en anglais. Et maintenant, nous entendons souvent parler de la gamification du travail, de l’utilisation d’éléments de compétition, d’évaluation, et de scores pour mieux motiver les employés et même mesurer leurs performances.

Malgré ça, les vrais jeux restent tabous dans la plupart des entreprises. Le stéréotype de l’employé tire-au-flanc qui bat le record sur le Démineur au lieu de travailler a donné au jeu une mauvaise réputation. Et le cadre dirigeant qui joue pour améliorer ses compétences de stratège reste très rare. C’est dommage. Nous pensons que les jeux ont une place importante pour façonner de bons stratèges, et que plus que jamais, les jeux peuvent donner aux dirigeants un avantage sur leurs concurrents.

Tout d’abord, jamais les entreprises n’ont jamais eu autant besoin de moyens pour apprendre les nouvelles méthodes nécessaires pour s’adapter à un environnement économique complexe et dynamique.

Ensuite, l’efficacité et la sophistication des jeux de stratégie à notre disposition se sont considérablement améliorées. Au cours des deux dernières décennies, les jeux de stratégie ont évolués depuis des dialogues sur un écran monochrome vers des applications aux intelligences artificielles très bien conçues.

Nous pensons que la prochaine génération d’applications de stratégie va finalement être capable d’avoir une vraie utilité dans le cadre du business. Considérez un instant les avantages que les jeux ont par rapport aux approches traditionnelles dans l’apprentissage de la stratégie. Les livres sont formidables pour générer la compréhension intellectuelle, mais ils ne sont pas interactifs et ne reflètent pas la réalité d’un emploi du temps surchargé ou d’une capacité d’attention déclinante. Les simulations en « live » sont très réalistes mais coûteuses et risquées tout en demandant énormément de temps. Et si les approches par des coachs ou des mentors sont très efficaces pour le développement personnel, c’est difficile de les utiliser à plus large échelle.

D’un autre côté, les jeux peuvent créer une expérience interactive et sur mesure pour comprendre la stratégie et ce, à bas coût avec la possibilité de s’adapter à plusieurs échelles. Ils permettent aux managers de suspendre les règles normales d’une manière acceptable et ils fournissent un médium audiovisuel pour mieux absorber les idées.

Dans nos travaux avec des dirigeants sur des jeux de stratégie, nous avons distingué cinq bénéfices pour améliorer les compétences d’exécution et de formulation d’une stratégie :

  • Les jeux fournissent un retour en temps réel et bon marché

Avec un retour instantané, qu’il soit explicite avec des scores ou implicite via le comportement d’un adversaire, les dirigeants peuvent apprendre bien plus rapidement qu’ils ne le feraient dans le monde réel.

De plus, contrairement à la réalité, l’échec dans le jeu ne coûte rien. Les jeux sont de formidables terrains d’essai pour les stratégies. Ils sont des bacs à sable où les erreurs peuvent être défaites et où différentes solutions peuvent être essayées. Exécutez une mauvaise stratégie dans le monde réel et votre entreprise peut couler. Appliquez-là dans le royaume du jeu, et vous en tirez des enseignements, au prix d’une petite frustration.

Les jeux de stratégie bien faits peuvent modéliser des environnements sur mesure par rapport aux circonstances d’une entreprise ou aux compétences visées. Basé sur les actions de l’utilisateur, un jeu peut vite s’adapter au niveau de compétence de son joueur et à sa capacité à progresser, ce qui est un réel avantage par rapport à un livre, un article ou un séminaire.

Un jeu intelligent maintient le manager dans ce que le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi appelle la zone de flux, un étroit corridor entre le défi et la compétence. Il le fait en construisant une série de manches de difficulté croissante. La courbe d’apprentissage peut alors être adaptée à un joueur sans l’assommer, contrairement à ce qui se passe parfois dans la réalité.

Par exemple, People Express est une simulation d’entreprise qui donne au joueur une perspective riche et instructive sur la façon de créer et diriger une compagnie aérienne. Dans chaque période de temps simulée, le joueur fait des choix stratégiques et reçoit un retour de ses décisions passées, sur la vitesse à laquelle il grossit, sur comment fixer les prix, sur comment faire sa publicité. La politique d’embauche  influence le moral, la productivité et le turnover, les efforts sur le marketing affecte la croissance de la demande, et les compagnies rivales contre attaquent. Les stratèges apprennent à diriger et superviser des systèmes complexes, sans le risque d’être en banqueroute.

“Les connaissances utiles et les compétences en matière de prise de décisions se développent quand les gens ont les opportunités d’appliquer le savoir théorique dans le monde réel, avec sa complexité, la pression du temps et des conséquences irréversibles” souligne John Sterman, un professeur du MIT qui utilise ce jeu pour enseigner aux étudiants en commerce et aux dirigeants d’entreprises (nous lui avons récemment parlé sur la façon dont les jeux améliorent la stratégie).

  • Les jeux permettent aux managers de se familiariser avec des idées grâce à l’interactivité

Les jeux obligent les managers à analyser l’environnement, à faire preuve de jugement, à exécuter des décisions et à faire face à leurs conséquences. En stimulant à la fois leurs sens auditifs et visuels, les jeux fournissent une expérience bien plus immersive qu’un texte écrit ou parlé. Et ils augmenteront encore leur avance sur les livres ou les séminaires dès que la réalité virtuelle sera commercialisée à grande échelle.

Jouer avec ou contre les autres aide à entraîner une vaste gamme de compétences théoriques : il faut choisir intelligemment ses actions en anticipant les réactions de ses concurrents et ce, sur plusieurs périodes de temps. Qu’il soit compétitif ou coopératif, un jeu avec des composantes multi-joueurs renvoie à la culture des jeux de société que les humains pratiquent depuis des siècles.

A titre d’exemple, une grande société de services a créé plusieurs équipes jouant le rôle de concurrents et de régulateurs. La tâche de chaque équipe consistait à décider des prix, des investissements, des fusions/acquisitions, et des priorités quant à intégrer ou expérimenter de nouveaux business models. Le tout en anticipant et en réagissant aux actions de leurs concurrents et des régulateurs. Le jeu incorporait des interactions coopératives comme des accords sur les fusions acquisitions ou les joint-ventures. Des chocs exogènes (nouvelles technologies, événements politiques ou économiques) ont été intégrés au jeu pour entraîner les joueurs à rester agiles et flexibles. Cet élément interactif a aidé l’entreprise non seulement à se familiariser aux réponses stratégiques à des difficultés possibles, mais aussi à se mettre à la place de la concurrence ou des régulateurs pour voir le monde avec leur point de vue.

  • Les jeux permettent une analyse structurée du comportement d’un dirigeant

En traitant des hypothèses et des voies qui n’ont pas été suivies, les jeux bien réalisés aident les managers à réfléchir à leurs actions et à leurs oublis. De cette façon, même les choix implicites et les étapes intermédiaire dans l’exécution d’une stratégie deviennent apparents ce qui aide à comprendre les raisons qui ont mené à la victoire, ou à la défaite.

Une fonction de replay permet de retracer les actions du joueur, ou de voir le déroulement du jeu depuis le point de vue d’un concurrent. Et bien sûr, le score permet de comparer la performance du joueur avec les autres.

Le jeu  Your Strategy Needs A Strategy a été créé par BCG et Neofonie, une société informatique sur mobile basée à Berlin, qui permet aux utilisateurs de développer leur sens de l’appréciation de l’importance de choisir la bonne approche en matière de stratégie et d’exécution dans chaque environnement économique. Il a été diffusé en même temps qu’un livre éponyme et comporte de courtes sessions de jeu dans différents environnements tout en fournissant un commentaire sur la façon dont le joueur se comporte. Un classement permet de comparer les joueurs et fait ressortir les stratèges “premier de la classe”. Après chaque session, il est possible de revoir sa partie pour que les joueurs comprennent les conséquences de leurs actions (voir l’image ci-contre). Des liens contextuels en direction de contenus sélectionnés en amont permettent aux joueurs de mieux comprendre ce qui s’est passé, et pourquoi.

Ce processus d’analyse et de réflexion peut donner des réponses à des questions comme “Est-ce que le choix de cette stratégie était le bon ? Ou est-ce son exécution qui était mauvaise ? Pour améliorer ses résultats, le joueur doit-il travailler son sens de l’observation ? Mieux considérer ses options, avoir une meilleur agilité mentale, être plus flexible etc ?

  • Les jeux permettent de tester différents scénarios

Les jeux de stratégie peuvent amplifier la réalité en simulant différents scénarios qui exigent des réponses bien spécifiques. Par exemple, les chocs exogènes qui n’ont pas (encore) eu lieu dans la vraie vie, mais qui pourraient possiblement se matérialiser, peuvent facilement être simulés. Comment une société pharmaceutique réagirait, par exemple, quand une innovation viendra dérégler la structure des coûts de tout le secteur ? Ou quelles seraient les conséquences d’un scandale flagrant sur la confidentialité pour une société spécialisée dans les réseaux sociaux ?

Les jeux de stratégie anticipent et amplifient la réalité en se comportant comme des vaccins. En réagissant à des doses infimes de maladies douloureuses, un hôte développe une immunité en apprenant à réagir, dans le pire des cas, à une infection de grande échelle.

Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn joue aux « Colons de Catan », un jeu de société à l’ancienne, et explique que les entrepreneurs travaillant dans la technologie sont attirés par le jeu car il s’approche vraiment de la stratégie entrepreneuriale. Il demande aux joueurs de collaborer et d’échanger des ressources pour acquérir des points selon un jet de dé aléatoire qui change l’environnement et exige des joueurs qu’ils s’adaptent sans cesse et ajustent leurs stratégies.

  • Les jeux peuvent facilement toucher beaucoup de managers

Alors que les conférences, les séminaires et autres séances avec des coaches limitent forcément le nombre de participants, les jeux numériques peuvent proposer une échelle presque illimitée.

Beaucoup de jeux de stratégie et de simulations que nous utilisons aujourd’hui ont pour origine la sphère militaire. Le secteur de la défense utilise les jeux de stratégie et les simulations pour entraîner des centaines de milliers de leurs troupes. La possibilité de changer d’échelle est fondamentale. Les jeux n’ont besoin que d’être programmés une seule fois, mais peuvent être diffusés à un large public pour un surplus de coût minimal.  Les ajustements dans les scénarios peuvent même être implémentés assez facilement et pour un prix modique, simplement en changeant quelques paramètres ou en modifiant l’apparence du jeu.

Utilisés correctement, les jeux peuvent aider les entreprises à développer des compétences stratégiques rapidement, efficacement et à moindre coût, ce qui est une capacité essentielle dans les environnements économiques actuels. Il est donc grand temps de briser le tabou, et d’être sérieux à propos du jeu.>>

_______

Martin Reeves est le directeur et un associé du Boston Consulting Group Bruce Henderson Institute basé in New York City. Il est le principal auteur du nouveau livre, Your Strategy Needs a Strategy (HBR Press, 2015).

Georg Wittenburg était le principal architecte du jeu compagnon iPad, Your Strategy Needs a Strategy, et il est maintenant dirigeant et co-fondateur de Insightfully, une start-up d’analytics automatisés, basée à Berlin

Your Comment