Gamification et motivations profondes

Selon une recherche de Gallup, seuls 31,7% des employés se sentent impliqués dans leurs entreprises, et les plus diplômés sont les moins motivés. C’est une statistique qui devrait forcer n’importe lequel décideur à reconsidérer son mode de fonctionnement.

Une entreprise peut-elle se permettre que 70% de ses employés aient une opinion neutre voire mauvaise envers son employeur ? La corrélation entre un tel état d’esprit et des éléments mesurables comme la productivité ou les arrêts maladies sont bien établis.

De plus, à l’heure où les réseaux sociaux sont tout puissants, vous devez prendre en compte l’impact de ce pourcentage sur la réputation de l’entreprise, sur l’image de la marque de l’employeur et plus généralement, sur son attractivité.

C’est pourquoi la gamification peut être considérée comme l’un des remèdes à ce problème caractéristique de ce début de 21e siècle.

La gamification n’est pas l’un de ces concepts marketing qui disparaîtra une fois le buzz retombé, ou une simple mode en matière de management.

Quand elle bien faite, la gamification doit tirer partie de quatre types de motivations  profondes qui dictent, à des degrés divers, notre implication et notre statut dans n’importe quel groupe social.

 L’esprit de compétition

Pendant des décennies, la compétition a été l’un des principaux facteurs d’implication. Elle établit une hiérarchie des performances basée sur des critères limités. Elle est donc adaptée pour les employés les plus performants qui souhaitent être en tête de classements et être reconnus pour ces performances.

Des outils comme des tableaux de scores peuvent contribuer à obtenir ce type de motivation. Cependant, il n’est pas nécessaire d’afficher les résultats des employés dont les performances sont mauvaises, ou tout juste moyennes. La logique d’un jeu est de récompenser les meilleurs, pas de pénaliser les moins bons afin qu’ils persévèrent dans leurs efforts et essayent de faire mieux en réessayant.

 L’Appartenance

 Faire partie d’une communauté, bénéficier des conseils et de l’expérience des autres, et participer à des discussions de groupe sur des sujets professionnels sont autant d’activités qui créent un sens d’appartenance. Les badges, les profils indiquant le degré de participation, les niveaux d’ancienneté et de contributions aident les employés à se sentir comme des membres actifs et à part entière de la communauté sociale de l’entreprise.

L’Expertise

 Depuis les temps anciens, le pouvoir gagné à travers la connaissance a été d’une importance capitale dans nos sociétés. L’émergence d’Internet a drastiquement changé la donne. Il est cependant indéniable que le respect de la connaissance et de l’expertise sont toujours d’actualité, même auprès de la Génération Y, mais avec une énorme différence : la communauté est le juge ! L’expertise n’est plus décrétée par le management mais est donnée par ses pairs. Permettre aux employés d’émerger et d’être identifiés comme des experts est un facteur clé de la gamification.

Sens, Finalité, structure

 Cela peut sembler stupide, mais demandez-vous : quel pourcentage de vos employés ou de vos groupes d’employés savent où ils en sont par rapport à leurs objectifs ? Comment évaluent-ils leurs contributions à l’entreprise ? Comment sont-ils informés sur les résultats de l’entreprise ? Comment pouvez-vous rester impliqué quand vous ne pouvez pas relier votre performance à une vision d’ensemble ? Quand c’est possible, un programme de gamification doit prendre en compte ce facteur.

Savoir où l’on va

Dans le cadre professionnel, les liens sociaux se sont particulièrement distendus au cours des vingt dernières années. Nous avons perdus les sentiments d’appartenance, d’accomplissement ou même d’avoir une finalité. Les entreprises sont devenues peu à peu qu’un simple moyen d’obtenir des revenus.

La gamification nous offre aujourd’hui des solutions fortes pour recréer les bases d’une meilleure implication à travers trois grands axes :

  • En identifiant les objectifs de l’entreprise et en communiquant dessus.
  • En incitant les employés à mieux contribuer en utilisant les quatre facteurs de motivations décrits ci-dessus.
  • En prenant en compte les contributions des employés, quelque soient les types de contribution.

Mais cela ne s’arrête pas là. Autoriser un peu de liberté d’expression dans un environnement gamifié avec des règles claires peu aider à promouvoir l’émergence de nouvelles idées validées par la communauté de vos managers et de vos employés.

C’est là prochaine étape !

Jerome Gastaldi

Your Comment