Deloitte prépare l'avenir avec un serious game.

L’un des quatre grands cabinets d’audit et de conseil, Deloitte, utilise le jeu dans son processus de sélection pour ses contrats d’apprentissages. La société l’utilise afin de trouver 200 recrues à son programme d’apprentissage du milieu des affaires.Appelé Firefly Freedom (la liberté du papillon) et développé par Artic Shores, le jeu sera utilisé pour déterminer “l’innovation, la créativité et la capacité à résoudre les problèmes” des candidats. Âgés de 17 à 18 ans, ils devront jouer entre 20 et 30 minutes, avec des défis conçus pour mettre en avant leurs traits de personnalité ou “les préférences naturelles des candidats”.

Le processus de recrutement veut supprimer le “biais inconscient” qui existe à propos des universités. Les employeurs ont eu du mal les nouveaux arrivants, en particulier de niveau post-bac, où les candidats sont majoritairement issus d’un très large spectre d’universités et de profils différents.

Firefly FreedomDeloitte recrute chaque année près de 1500 diplômés et jeunes en fin de scolarité. La société a déjà annoncé ses projets de masquer le nom de l’université ou de l’école de provenance de ses candidats. Elle dit qu’elle veut ainsi lutter contre les préjugés inconscients qui sont émis sur les demandeurs d’emploi uniquement à partir de leurs universités.

Emma Codd, qui travaille pour Deloitte, explique ainsi que la société a besoin de gens provenant d’horizons différents, apportant chacun de multiples perspectives et expériences à l’entreprise. Pour elle,  “Il est flagrant que des méthodes de recrutement alternatives aident à atteindre cet objectif, mais aussi à dénicher des talents exceptionnels”

Rob Fryer, en charge du recrutement des étudiants chez Deloitte ajoute que de telles approches pourraient trouver des gens très innovants venant de “milieux moins privilégiés” et qu’autrement, les employeurs seraient passés à côté.

Your Comment